Bande défilée Les Phallainas

Coup de cœur en BD – Les Phallainas Bande Défilée

J’ai toujours été une lectrice boulimique, mais mon goût pour la BD est assez récent, et c’est grâce au graphisme que je m’y suis intéressée. Suite à ma lecture hebdomadaire du blog de Geoffrey Dorne (l’excellent blog www.graphism.fr), j’ai découvert cette Bande Défilée magnifique, nouveau format hybride de BD présentée à l’occasion du festival BD d’Angoulême. C’est une application gratuite téléchargeable à partir de l’Apple Store ou de Google Play, pour Smartphone et tablettes.

L’histoire est aussi belle que l’illustration monochrome, et ce mélange de BD classique scrollable et de bande son moderne met le tout parfaitement en valeur.

Le pitch c’est : Audrey est une jeune femme moderne, traductrice, avec des amis, un copain… Elle a des soucis de santé depuis toujours mais sa maladie devient vraiment gênante. Nous la suivons donc dans le diagnostic et la découverte de sa maladie, une malformation du cerveau. Rapidement, on « plonge » dans un univers scientifique en lien avec la mer, l’apnée, la mythologie… Elle se lie d’amitié avec Chloé, une jeune chercheuse qui lui propose de suivre un protocole de recherche lors duquel elle doit pratiquer l’apnée, en vue d’apprendre à maitriser ses crises. Audrey est attachante, mystérieuse, Chloé est très dynamique et drôle. Leur amitié se révèle au fur et à mesure de l’histoire, en lien avec la pathologie de l’une et les recherches de l’autre.

La bande son est très réussie, subtile par moments (respirations…), plus présente et oppressante à d’autres (sons de cachalots), et concourt à captiver notre attention efficacement, tant qu’on en arrive à bloquer nous aussi notre respiration avec Audrey. Le récit mêle en effet des souvenirs d’enfance d’Audrey, des hallucinations graphiques, et des récits mythologiques sur les Phallainas, ce peuple mi-baleine, mi-humain ainsi que la légende qui y est attachée.

Du début à la fin tout m’a plu ! Les dessins de Marietta Ren sont sobres et sublimes, le noir et blanc allant à l’essentiel et ne venant pas polluer le récit. Il faut dire que c’est mon truc en ce moment, je viens de finir « Poulet aux Prunes » de Marjane Satrapi que j’ai adoré également, grâce à cette focalisation sur le récit très romancé et des graphismes efficaces et monochromes.

Ces BD nouvelle génération sont réellement enthousiasmantes, et je ne manquerait pas de vous faire un petit billet dessus à ma prochaine découverte !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *